Des séances en 4D (4 Datas)

Le FTP ne se suffit pas à lui même pour calculer TOUTES les zones de travail. Les résistances de travail des #CompuWorkout sont adaptées à la physiologie de chacun.

Le cyclisme ne se résume pas en un seul effort long et constant. Il existe des efforts courts et intenses comme des sprints, des efforts un peu moins intenses et plus longs comme une attaque, des efforts longs et moyennement intenses comme une échappée… Entre chaque effort, vous devez récupérer pour refrapper à nouveau.

Pour bien se comporter sur les différents efforts de courses ou de randonnées cyclosportives, il faut s’entraîner. C’est à cela que sert un #CompuWorkout. Ces séances se déroulent en mode « .erg ». C’est à dire que vous subissez la résistance prescrite que vous impose le #CompuTrainer que vous utilisez. Le tout, indépendamment de la cadence de pédalage ou encore du braquet utilisé. Bref, vous n’avez qu’à pédaler et l’ordinateur fait le reste.

Les applications classiques utilisent seulement le FTP pour calculer les efforts à fournir et donc, estiment des zones identiques pour tous. Malheureusement, chaque sportif est totalement différent. Chaque sportif à son propre profil de puissance. Les #CompuWorkout utilisent 4 datas (4D) ou indicateurs clés pour créer votre profil de puissance complet et ainsi définir des zones de travail personnalisées pour tous vos entraînements, vous donnant exactement le stimulus d’entraînement dont vous avez besoin pour progresser.

Par exemple, vous avez un FTP à 250w. Les applications classiques vont calculer une PMA à 120% de votre FTP, soit 300w. MAIS, avez vous vraiment une PMA à 300w ? Il y a peu de chance. Si vous avez une zone 5 – PMA à 280w vous allez vous sur-entraîner, et à l’inverse une PMA à 320w vous sous-entraîner.

Les résistances de chaque #CompuWorkout sont calibrées selon 4 indicateurs clés à savoir :

La charge d’entraînement, le TSS (Training Stress Score), reste calculée sur le FTP.

En plus, durant la séance, vous avez la possibilité d’ajuster de vous -mêmes, ou via le coach, l’indicateur concerné pendant l’effort en cours sans modifier pour autant votre FTP. C’est énorme, car vous progressez au fil des séances et il est tout à fait logique en cours de séance de sentir un besoin d’augmenter la résistance. Ou à l’inverse, vous êtes légèrement fatigués et là, il est nécessaire de réduire la résistance.

Un indicateur personnalisé pour un effort personnalisé

De manière à avoir des indicateurs personnalisés, il est nécessaire de réaliser 4 tests. Chaque test permet de personnaliser au watt prêt la zone idéale de travail.

Pas de test effectué ? On renseigne les indicateurs en estimant des valeurs et on adapte durant la séance les indicateurs en fonction de la réaction cardiaque.